Archives de l’auteur : Johnny GAMBACORTA

C’est la semaine mondiale de la cuisine italienne !

Cette semaine, jusqu’à dimanche 26 novembre, la 2ème édition de la cuisine italienne dans le monde bat son plein !

C’est un évènement international organisé par les autorités italiennes (le Ministère des Affaires Etrangères et le Ministère des Politiques Agricoles, Alimentaires et Forestières) et relayé un peu partout dans le monde par les Instituts du Commerce Extérieurs italiens (ICE).

En France, le Passeport du goût est une initiative lancée par le Consulat Général d’Italie à Paris en collaboration avec l’Ambassade d’Italie en France, l’Agence Italienne pour le Commerce Extérieur permet, l’Office National Italien du Tourisme (ENIT) et l’Academia Italiana della Cucina (AIC). Ce passeport permet pendant toute la semaine de bénéficier d’une réduction de 50% sur des menus et dégustations de plats typiques de la cuisine italienne dans une cinquantaine de restaurants parisiens.

L’objectif est stratégique pour l’Italie, avec un budget d’environ 30 millions d’euros : il s’agit de promouvoir « l’enogastronomie » (savoir faire et spécialités en vins et gastronomie) du pays et concrètement de booster les exportations de produits alimentaires italiens. L’objectif est ainsi de passer de 40 milliards actuellement à 50 milliards d’euros à l’horizon 2020.

Voir aussi toutes les informations sur la page Facebook de l’évènement. Dommage que tous ces évènements se déroulent à Paris pour l’essentiel…

Mais, bien sûr, retrouvez 7 jours sur 7 et 24h sur 24 toutes les spécialités italiennes artisanales incontournables (mets et vins !) qui vous plaisent sur notre site internet, en ne manquant pas notre sélection de Noël, pour des vrais fêtes à l’italienne !

 

Connaissez-vous le pane Carasau de Sardaigne ?

Si vous avez eu l’occasion de découvrir la superbe Ile qu’est la Sardaigne alors vous avez forcément croisé le pane Carasau.

Qu’est-ce que c’est ?

Le Pane Carasau (ou Carasatu, voire Carasadu) est une spécialité boulangère typique de Sardaigne. Appelé aussi carta musica (papier musique) du fait de sa finesse, sa légèreté et son croustillant, il s’agit d’un pain très fin de semoule de blé dur.

On le déguste en le cassant en morceau, en le tartinant ou en l’accompagnant de délicieuses spécialités italiennes : crèmes, tapenades, coppa, saucisson, bresaola, fromages, tomates séchées, salade, etc. Le Pane Carasau Gutiau se distingue du Carasau traditionnel car de l’huile d’olive y est ajoutée.

Nous avons sélectionné les spécialités Carasau de l’artisan boulanger sarde Battacone pour leur saveur et leur  authenticité. Il s’agit de la recette traditionnelle, un vrai processus artisanal complexe et unique.

Vous trouverez ainsi sur notre site internet 3 types de pain : Le pane Carasau traditionnel, le pane Carasau biologique et le pane Carasau Gutiau.

 

Tassoni, créateur et roi de la cedrata !

Tassoni est un autre symbole culte et historique de l’Italie des spécialités à boire et à manger : c’est depuis 1793 à Salò, petite ville lombarde au bord du Lac de Garde, le leader incontesté des boissons à base de cédrat.

 

Mais qu’est ce que le cédrat (cedro en italien) ? C’est un agrume qui ressemble à un gros citron de forme irrégulière. Il est cultivé dans le bassin méditerranéen et en Asie. En Italie il se trouvait justement depuis le 14ème siècle -grâce aux moines fransciscains- sur les rives du Lac de Garde où s’est établi Tassoni. Le cédrat est à présent l’apanage du territoire de la côte de Calabre, avec la variété Cedro Diamante, de la ville du même nom, où se sert uniquement le producteur. Les Romains utilisaient déjà le cédrat comme désinfectant et antipoison et de nombreuses spécialités au cédrat se distinguent dans la gastronomie italienne (mostarda au cédrat ou chocolat au cédrat par exemple).

Cedral Tassoni a donc crée en 1956 la fameuse et inimitable Cedrata Tassoni , connue par tous les italiens depuis l’enfance. La pub télévisée de la Cedrata est mythique depuis les années 60 et le spot actuel dure chaque été depuis 1982 !

 

Le design de la fameuse petite bouteille transparente rugueuse de 18 cl -qui reprend la forme de l’écorce de cédrat- est également culte. Elle est sans étiquette, le nom du producteur étant imprimé directement sur le verre. Son succès historique a donné naissance à quantité d’imitation de la Cedrata originale. Comme le conseille Tassoni : Préférez l’original !

Gusto d’Italia vous propose une sélection des spécialités de Tassoni : le fameux soda bien sûr, mais également le précurseur de la Cedrata, le sirop de cédrat , ainsi qu’une nouveauté : les pastilles Leone à la cedrata Tassoni. L’ association parfaite de deux des plus anciennes marques italiennes.

Amarelli, le leader de la réglisse italienne

Amarelli est l’une des plus vieilles entreprise italienne. Elle fait d’ailleurs partie du cercle très restreint des Henokiens, association internationale très sélective (dont le siège est à Paris) d’entreprise familiale au moins bicentenaire !

La famille Amarelli est donc, depuis le 16ème siècle à Rossano en Calabre, spécialisée dans la réglisse (Liquirizia en italien, Glycyrrhiza glabra en latin) et toutes les spécialités faites à partir de cette plante aux racines aromatiques, originaire du sud de l’Europe et de l’Asie. La réglisse est reconnue pour ses vertus tonifiantes et pour faciliter la digestion, soigner les troubles stomacaux, infections et inflammations. En 1731 est née de ce savoir faire une entreprise qui n’a cessé de se développer depuis, et a exporté ses spécialités à la réglisse dans le monde entier. Le fameux « Musée de la réglisse Giorgio Amarelli » a également été ouvert en 2001 au rez de chaussé du palais de la famille, à Rossano. Pour célébrer ce musée, un timbre des postes italiennes a été crée et tiré à 3,5 millions d’exemplaires.

Les spécialités variées d’ Amarelli -à la réglisse pure, sans conservateurs ni additifs ou édulcorants- sont également appréciées pour leurs packaging « vintage » unique : boite en métal avec illustrations anciennes ou boite en carton au style Liberty.

Gusto d’Italia vous propose une sélection de spécialités d’Amarelli, dont voici quelques exemples : Crème noisette et réglisse (une exquise nouveauté), Réglisse pure en boite métal 40 grDragées de réglisse à l’anis en boite métal 40 gr, Bâtonnets de réglisse pure ou Réglisse à la violette.

Recette italienne très simple : Salade de pâtes méditerranéenne

Voici une recette pleine de goût et très simple de salade estivale avec des pâtes complètes/certifiées biologiques Fusilli et des ingrédients frais et rafraîchissants.

Ingrédients pour 2 personnes :

150 gr de pâtes Fusilli complète BIO

3/4 tomates séchées à l’huile

2 poivrons à l’aigre doux

Huile d’olive extravierge au citron

Vinaigre balsamique blanc

Olives noires Nocellara del Belice

Fromage Scamorza nature coupé en petits cubes

Salade roquette

Sel, poivre

1 – Cuire les Fusilli complètes BIO al dente pendant environ 13 minutes dans de l’eau bouillante salée. Egouter les pâtes et les garder au frais.

2 – Mélanger en vinaigrette dans un saladier le vinaigre balsamique blanc, l’huile d’olive au citron, le sel et le poivre.

3 – Ajouter les poivrons, les tomates séchées, les olives noires, les cubes de Scamorza nature, la salade roquette et mélanger le tout.

4 – Verser les pâtes, mélanger doucement et servir frais avec un vin blanc pétillant Prosecco frizzante. ou un vin rouge léger Dolcetto d’Alba.

C’est le retour des Colombes de Pâques !

La Colombe est LE gâteau des fêtes de Pâques en Italie.

En France, la Colombe est beaucoup moins connue que le Panettone. Dommage car cette spécialité boulangère (un type de brioche aux amandes, fruits confits et éclats de sucre pour la version traditionnelle) est très digeste et se déguste dans toutes les occasions, dès le petit-déjeuner.

Gusto d’Italia propose toute une gamme de Colombes et gâteaux de Pâques.

Ce sont des gâteaux artisanaux, sans colorants ni conservateurs, emballés dans de superbes emballages cadeaux printaniers.

La Colombe est une tradition gastronomique italienne très ancienne. surtout dans la région de Milan. La légende (plusieurs versions existent, retenons la plus simple…) veut que dans la ville assiégée de Pavia (région de la Lombardie) un pâtissier offrit en signe de paix ce gâteau au roi lombard Alboïn (Alboino en italien) en l’an 572. La colombe est un oiseau traditionnellement associé à la paix : selon la bible, c’est une colombe qui apporta un rameau d’olivier (symbole de Pâques) à Noé après le déluge, pour marquer la fin de celui-ci et en signe de paix entre Dieu et les hommes.

En ce qui concerne la Foccacia Veneziana, elle aurait été inventée par un pâtissier de Trévise, en Vénétie, et serait ni plus ni moins que l’ancêtre des Colombes de Pâques…

Le 6 janvier arrive La Befana !

Les fêtes ne sont pas tout à fait terminées en Italie. C’est en effet aujourd’hui que tous les italiens célèbrent la Befana , c’est à dire la gentille « sorcière de l’Epiphanie« .

Elle est quasiment inconnue en France mais représente un mythe et une institution chez nos voisins. Les petits (et grands…) italiens l’adorent car elle est finalement un 2ème Père Noël, apportant dans la nuit du 5 au 6 janvier des cadeaux aux enfants sages ou du charbon et de la cendre aux enfants qui ne l’ont pas été…C’est un personnage très présent dans la culture et les traditions italiennes. Befana viendrait du mot « Epiphanie« . En Italie, le 6 janvier est ainsi une date très importante et un jour férié : Ce jour marque aussi la fin des vacances et des festivités de fin d’année. L’icône de la petite vieille est partout (vitrines des magasins, déguisements, publicités, etc).

Selon la légende la fête de la Befana est très ancienne et pré-chrétienne, dès l’époque romaine : c’était une tradition païenne liée à la Mère Nature et à la symbolique de la renaissance (le vieux laisse la place au neuf, d’où la symbolique de la vieille femme…). Cette tradition fût par la suite récupérée par la religion chrétienne.

L’histoire racontée aujourd’hui aux enfants italiens est la suivante : les Rois Mages demandèrent leur chemin à une vieille femme pour aller à Bethléem offrir des cadeaux à l’enfant Jésus. Ils lui proposèrent de les accompagner mais elle refusa. Elle eu ensuite des remords et se mit en tête de les retrouver, avec en main un panier rempli de petits gâteaux, fruits secs, petits présents qu’elle offrait aux enfants rencontrés sur sa route. La Befana ne retrouva jamais la caravane des Rois Mages mais la tradition est restée très vivace…

Une comptine célèbre rend hommage à la brave sorcière « La befana vien di notte con le scarpe tutte rotte porta un sacco pien di doni da regalare ai bimbi buoni » (« la Befana vient la nuit avec ses chaussures toutes abimées et porte un sac plein de don à offrir aux enfants sages »).

Et elle donne donc du charbon aux enfants qui n’ont pas été sages…En Italie, même ce charbon se présente de nos jours sous la forme de gourmandises sucrées (« carbone dolce« ) à savourer pour l’occasion !